L’architecture, le design des villes, l’espace public, le paysage sont des soft power. Nous abordons les projets par leur capacité à augmenter nos expériences, nos émotions, nos horizons. Mais il ne suffit pas d’en être convaincu, il faut convaincre. Un projet n’est intéressant que s’il devient un sujet : de conversation, de société, d’avenir. Et c’est ici que nous intervenons, en amont et en aval, autour et au milieu.

06 . 11 . 2019

Lauréats du Prix AMO 2019 Année France-Belgique

En 2019, l’association AMO (Architecture et Maîtres d’Ouvrage) a franchi une nouvelle étape : elle a rendu son Prix annuel et l’a ouvert aux projets réalisés en Belgique. En cette année d’élections européennes, cette édition du Prix AMO confirme les 5 catégories transversales lancées en 2018 — Plus belle métamorphose, Mise en œuvre la plus audacieuse, Typologie la plus créative, Lieu le mieux productif, Meilleur catalyseur urbain — et les complète par le Prix TransEuropArchi. Car ce 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin nous rappelle qu’il reste des murs à abolir, que les murs invisibles sont souvents les plus tenaces, ces murs des formats, des standards, de l’habitude et tous leurs plafonds de verre.

Ouvrir à la Belgique pour cette  première européenne est aussi l’occasion de souligner qu’en Belgique il existe une grande qualité dans l’architecture de tous les jours, celle qui constitue le cadre de vie de la majorité, quand les villes ne sont pas que des métropoles, là où les potentiels de réinvention sont innombrables.

retour en haut
24 . 05 . 2019

LIBRE APPROPRIATION

Boîte à outils autant que boîte à idées, ce projet aborde le logement par la pièce, la collection des pièces et leur assemblage présidant au caractère collectif du logement. L’unité de base est donc un outil pour littéralement mettre en pièces les logements dans un collectif qui les assemble plutôt qu’il ne les distingue car l’unité chez Sophie Delay se décline toujours au pluriel. Nous vous invitons à découvrir les 40 logement que l’architecte a réalisés pour Grand Dijon Habitat à Dijon vendredi 24 mai.

retour en haut
PRODUCTION

SUREXPOSITION

à la Galerie d'architecture

La ville du 21e siècle sera-t-elle la ville des fondations ? Et à quelles conditions ? L’histoire ne fait que commencer. C’est l’intuition de cette exposition dont l’opportunité est le nouveau bâtiment sis au 79 rue des Archives dans le Marais, livré fin 2018 par Lobjoy Bouvier Boisseau Architectes et commandé conjointement par la Fondation Henri Cartier-Bresson et la Fondation François Sommer (plus connue pour son musée de la Chasse et de la Nature), pour y installer ses salles d’exposition, ses archives et ses bureaux pour la première, ses bureaux pour la seconde. La livraison de ce bâtiment constitue un « arrêt sur image » qui fige une projection architecturale, une commande à un temps T, un état de tolérance de la ville par rapport à ses transformations, une personne dans son rôle circonstanciel de maître d’ouvrage et une autre dans celui de maître d’œuvre. SUREXPOSITION saisit son objectif et avance l’hypothèse d’un mouvement plus profond, celui de l’émergence des fondations comme acteurs culturels et urbains de premier plan à Paris.

Une exposition