L’architecture, le design des villes, l’espace public le paysage sont des soft power. Nous abordons les projets par leur capacité à augmenter nos expériences, nos émotions, nos horizons. Mais il ne suffit pas d’en être convaincu, il faut convaincre. Un projet n’est intéressant que s’il devient un sujet : de conversation, de société, d’avenir. Et c’est ici que nous intervenons, en amont et en aval, autour et au milieu.

30 . 07 . 2017

New website

WWW.LOCI-ANIMA.COM

loci anima est une agence d’architecture, de design et d’urbanisme fondée par Françoise Raynaud en 2005. Installée à Paris, lauréate de plusieurs concours internationaux, elle développe un travail à part, porté par la volonté de fédérer les gens et les genres et d’instaurer des liens entre le construit et le vivant dans des bâtiments conçus comme des êtres vivants. En témoignent le quartier du Pont-d’Issy, la tour Millefeuille à Manhattan, le showroom Weston sur les Champs-Elysées, le cinéma des Fauvettes, la médiathèque Alpha d’Angoulême, le macro-lot A4-Est À Boulogne-Billancourt, etc. Pour loci anima, nous avons  imaginé, produit et réalisé un nouveau site internet qui fait la part belle aux messages de l’agence  — s’adapter, absorber, dialoguer — comme autant d’invariants qui traversent une production riche et originale. À l’image de sa fondatrice. We love you Françoise.
www.loci-anima.com/fr
Concept & production : AHA – Webdesign : Spassky Fischer

retour en haut

How We Build?

Nous avons recruté un nouveau stagiaire (Antoine) et nous sommes parties en séminaire à Vienne, prenant prétexte de l’ouverture de la toute première exposition du collectif ASSEMBLE – Turner Prize 2015 à l’AzW. How We Build?, titre de l’exposition, nous a semblé une question particulièrement pertinente pour réadresser la dimension politique de l’architecture à l’ère post-idéologique. Comment, plutôt que quoi, combien, pourquoi, pour qui.
Et à la fin, cela produit des idées et du design.

retour en haut
EXPO

caue92 —la galerie

OPENING

Bérénice Abbott, Tom Arndt, Hélène Binet, Boegly + Grazia Markus Brunetti, Stéphane Couturier, Maxime Delvaux, Michel Denancé, Pierre-Olivier Deschamps, Filip Dujardin, Georges Fessy Hufton & Crow, Laurent Kronental, NAARO, Yves Marchand  & Romain Meffre : L’ombre de l’angle  présente 17 photographes de renom, figures historiques d’avant-garde ou talents émergeant sur la scène internationale dont le sujet commun est la ville et l’architecture. Cette première exposition de la galerie du caue92 depuis qu’elle s’ouvre sur les terrasses de Nanterre  s’inscrit dans le cadre du Mois de la photo-OFF du Grand Paris où elle tient une place de choix : seule exposition à traiter de la ville et à se trouver de l’autre côté du périphérique.
© Filip Dujardin, Memorial 2

retour en haut
COMMUNICATION

Le vide pour stratégie

O.M.A. - CAEN LA MER

Com_OMA_Caen_C-JulienLanoo_20161122

La bibliothèque Alexis de Tocqueville conçue par O.M.A. pour Caen la mer vient d’ouvrir ses portes. Situé sur la pointe de la presqu’il de Caen, cet équipement culturel d’envergure nationale a pour ambition d’offrir à l’ensemble de la population un lieu où les idées circulent, se construisent, se discutent et se partagent ; un outil innovant et flexible qui renforce la démocratie et les libertés individuelles à l’heure numérique. Premier équipement livré en France par O.M.A. depuis Congrexpo Lille en 1994, cette réalisation s’inscrit dans la lignée des bâtiments- outils développés par l’agence fondée par Rem Koolhaas, après le Kunsthal de Rotterdam (1992), la Seattle Central Library (2004), ou encore la Casa da Musica de Porto (2005).

retour en haut
PROJET

Reset!

Réinventer Paris, la Seine, la métropole du Grand Paris, les rives de la Loire, Saclay ou la poudre — l’explosion de ces consultations a un mérite aussi indéniable que paradoxal : remettre la ville dans l’espace public. Quand le sujet semblait confisqué par des spécialistes, ces consultations font des  » gens » — c’est à dire des acteurs impliqués dans un contexte, un quartier, une pratique, un projet, un trip, une start-up, une innovation — des partenaires incontournables. On les cherche, on les invite, on se les arrache.  Car se pose enfin la question : pour qui et avec qui ? Et de se rendre à l’évidence : pour ceux qui sont déjà là, pardi ! Serait donc révolue l’ère du formatage et des recettes énoncées par ceux qui disent savoir comment on vit, on étudie, on recherche, on travaille, on se déplace … pour faire de la place à celles et ceux qui vivent, étudient, travaillent, recherchent, plantent, etc. pour de vrai. En somme, la ville redescend dans le débat public et c’est plutôt une bonne nouvelle. La question maintenant c’est comment on fait ? Feel free to call us !

retour en haut
COMMUNICATION

Campus vertical

ECDM - CAMPUS EDF

ecdm

Le centre de formation EDF est un des premiers jalons du campus du plateau de Saclay.
Le groupe EDF est un microcosme de la société française, développant des métiers extrêmement diversifiés dans les secteurs secondaire et tertiaire. Des ingénieurs et cadres sup’ aux ouvriers électriciens, la mixité et le respect de la différence font partie des valeurs d’un groupe qui propose un éventail hors-norme de parcours professionnels. Leur retraite de un à cinq jours sur le plateau de Saclay est l’occasion pour les personnels d’apprendre et de se former, mais aussi de se rencontrer et se ressourcer pour consolider une culture commune. Aux espaces de formation proprement dits s’ajoutent toute une diversité de programmes qui concourt à la chronotopie exceptionnelle d’un lieu atypique et opérationnel 24h/24. Au vu du territoire disponible à Saclay, un tel programme aurait pu être morcelé. Dans une idée du campus « à l’américaine », différents pavillons auraient pu être saupoudrés sur un site à la ruralité mise en scène. C’est pourtant l’option inverse que souhaitait EDF, défendant l’idée d’un bâtiment unitaire réunissant toutes ses fonctions dans une ambition de mixité forte, avec pour corollaire une densité avérée. La question à résoudre pour ecdm était la suivante : comment composer avec cette diversité de programmes et de flux tout en organisant ce qui fait le sel de ce projet : les passerelles, les relations, tout ce que l’on regroupe aujourd’hui sous le terme de sérendipité ? 

retour en haut
01 . 01 . 2017

HAPPY NEW YEAR

retour en haut
COMMUNICATION

Expérience

HHF avec AWP

Com_AWP_HHF_PoissyGalore_C-JulienLanoo_20161018

D’un côté, sur la Seine, les barges, cabanes de pêcheurs et autres péniches constituent une puissante source d’inspiration. De l’autre côté, des pavillons de banlieue forment un tissu relativement « anonyme » et familier. À proximité de la Villa Savoye de Le Corbusier, le Parc du peuple de l’herbe est un nouveau modèle d’espace rural communal écologique. Le concept proposé par les agences HHF et AWP résulte d’une hybridation entre ces deux modèles d’habitat : la barge flottante et l’archétype de la maison suburbaine. Le projet intensifie certains éléments du paysage — l’horizon dégagé, la colonisation d’une faune animale et humaine, une végétation francilienne foisonnante — et les inscrit dans une stratégie urbaine d’observation et de traversée. Dans ce paysage ouvert, le musée des insectes se fond dans son site et déploie sa structure bois à la manière d’un phasme XXL. La structure en acier à la fois complexe et radicale du belvédère lui donne une silhouette d’animal dégingandé, un avant- poste étrange et farouchement contemporain pour scruter un paysage à 360 °.

retour en haut
COMMUNICATION

J.M. Weston fait son cinema

WESTON - GAUMONT - LOCI ANIMA

westonJ.M. Weston fait son cinema au Gaumont Ambassade, sur les Champs Elysées, dans une boutique éphémère signée loci anima. Cette expérience shopping inédite révèle les liens entre les valeurs de la maison J.M. Weston et une certaine idée du cinéma défendue par Gaumont, dans une scénographie entre mouvement et arrêt sur image, flamboyance et sobriété, éphémère mais conçue pour durer … et emmener le client très loin, comme une paire de Weston. 

retour en haut
COMMUNICATION

Recto verso

SOPHIE DELHAY

img_0002Il n’y a pas deux situations à habiter, le logement d’un côté, la ville de l’autre, mais une seule, continue. En architecture, faire en sorte que cette continuité puisse être assumée est un acte politique. Sophie Delhay  : « La fabrication du logement est stimulée par l’aspect pluriel du regroupement domestique – ce que nous appelions autrefois la famille : aujourd’hui il évolue, et le logement doit pouvoir rendre possible une multitude de réalités évolutives qui nous font sortir de la vision standardisée. Pour cela je cherche des dispositifs qui puissent créer des possibles. J’aime que les logements soient interprétables par les habitants, qu’ils déclenchent quelque chose qui s’appellerait l’appropriation, l’invention, la rencontre, le multiple pour soi et avec les autres. La fabrication du logement est aussi stimulée par l’ambition de construire plus dense. Comment faire pour que la densité devienne une valeur positive pour l’habitant ? Selon moi en faisant en sorte qu’elle produise des proximités, des partages, des rapprochements, de l’ « autre ». Je vois ces nouvelles conditions comme des leviers de projet. La petite échelle (celle de l’usage) et la grande échelle (celle du territoire) intimement liées forment les projets. C’est pourquoi la décision des partages, plutôt que des limites, fonde à mon sens les projets. »  Recto les projets, verso les thématiques et toujours des correspondances de l’un à l’autre : le nouveau portfolio de Sophie Delhay, conçu par A H A avec Hic et Nunc, est un outil sur mesure pour arpenter la transversalité du travail et de la pensée d’un architecte à part.

 

retour en haut
CONCEPT ET PRODUCTION

L’urbanisme négocié

Bordeaux, les Bassins à flot

urbanisme négocié photo livreL’urbanisme négocié est un concept en vogue. Pourtant qui sait exactement ce qu’il sous-tend ? À mesure qu’il sort de terre, le projet des Bassin à flot devient l’un des emblèmes de ce laboratoire urbain qu’est devenu Bordeaux depuis deux décennies, démontrant qu’il est possible de faire la ville autrement en misant sur l’intelligence collective et sur des modes de faire en rupture avec les schémas classiques. L’Atelier des Bassins à flot, proposé et installé par l’architecte-urbaniste Nicolas michelin (ANMA), concrétise cette nouvelle approche. Un outil singulier entièrement dédié à la co-construction d’un quartier alliant identité territoriale, qualité urbaine et architecturale. Cet ouvrage dévoile le disque dur d’un des projets urbains français les plus expérimentaux et explique comment, et pourquoi, l’urbanisme peut et doit se négocier.
Concept et production : A H A
Auteurs : Hugo Christy, ANMA avec l’Atelier des Bassins
La Découverte / Dominique Carré éditeur

retour en haut
POSITIONNEMENT

Une nouvelle forme de coopération pour produire plus de logements

LOGO IF2L’accès au foncier dans les zones tendues est le premier frein à la production de logements. Un bailleur social seul n’a pas forcément les moyens ni les outils pour intervenir sur des fonciers de grande taille, complexes et qui pourraient accueillir une programmation diversifiée. Toute nouvelle forme de coopération entre bailleurs sociaux Initiatives Foncières est un groupement d’intérêt économique qui se fixe pour objectif d’intervenir, en amont des constructions, sur des fonciers jusqu’à présent difficilement accessibles pour chacun de ses membres. Initiatives Foncières mène des études pré-opérationnelles et préfigure des sociétés de projet, ouvertes aux bailleurs sociaux et aux opérateurs locaux. Ces sociétés de projet mutualiseront les capacités d’investissement des organismes pour acquérir et aménager les fonciers, feront, le cas échéant, du portage à court et moyen terme et construiront les logements. Initiatives Foncières a vocation à intervenir sur de grands fonciers ou sur des ensembles immobiliers complexes à reconvertir, en partenariat avec les acteurs et opérateurs locaux : collectivités, établissements publics, entreprises publiques locales, promoteurs, investisseurs, propriétaires privés…   Initiatives Foncières a confié à A H A son identité visuelle et ses supports de communication. Nous sommes particulièrement heureux d’accompagner la préfiguration et le développement de ce projet malin, smart et engagé.
initiatives-foncieres.fr

 

retour en haut

Ritz Paris

cos-ritz

Après une parenthèse de quatre ans, le Ritz Paris renoue avec l’éternité.
A H A à le plaisir d’annoncer sa collaboration avec les architectes
de l’hôtel Ritz Paris, l’atelier COS.

retour en haut
LANCEMENT

Pour une nouvelle fabrication de la ville

MANIFESTE A.

MANIFESTE A. TITRE2 aha
L’évolution de la construction en France est préoccupante. Que ce soit à l’échelle de la ville, du quartier ou de l’habitation, on constate des incohérences et des absurdités entre un projet initial ambitieux et une réalisation trop souvent médiocre…
 Faisant le constat du mécontentement général des acteurs du logement et de la situation préoccupante de la construction en France, ce manifeste propose une nouvelle manière de faire qui se décline à différentes échelles : la ville, le bâtiment et le logement. Proposé par Nicolas Michelin, architecte et urbaniste associé de l’agence ANMA, ce manifeste s’adresse aux élus, aux collectivités et à leurs Sem, aux promoteurs, aux bailleurs sociaux, aux architectes et aux maîtres d’œuvre.
Faites partie des premiers signataires du Manifeste A.
Lancement à la manne.
Jeudi 31 mars à 18h30.
lamanne-paris.fr

retour en haut
COMMUNICATION

La ville banalisée

ParisNordEST

000_1504_MacDonald_02 - copie

« Loin d’être figé, ce morceau de ville, formé essentiellement de grands isolats, se présente comme un laboratoire architectural et urbain sans précédent » écrivait l’historien Henri Bresler en 2007 dans une étude que lui avait commandée la SAS ParisNordEST au sujet du territoire des entrepôts Macdonald dans le 19e arrondissement de Paris. Depuis, l’entrepôt reconverti est devenu la réalité quotidienne de 3 500 habitants, 4 000 salariés, plus 1000 collégiens et écoliers, et des 60 000 voyageurs qui empruntent la toute nouvelle gare Rosa Parks. C’est l’aboutissement d’un processus qui a duré neuf ans et associé de nombreux maîtres d’ouvrage et quinze équipes internationales d’architectes dans la réalisation d’un masterplan conçu par OMA / Floris Alkemade. L’histoire de cette mutation s’est écrite sous le sceau de la transaction : par un portage public-privé, puis dans une dynamique de workshop. En 2016, la Caisse de dépôts, la Semavip et Icade réunis en SAS ont confié à A H A la conception du dossier de présentation finale de ce projet ainsi que l’organisation d’une visite globale pour la presse. « Au Macdonald d’enrichir à son tour la ville plurielle en stimulant de nouvelles recherches typologiques ! «  lançait Bresler comme un défi… Pari tenu ?

retour en haut
ORGANISATION

West is the best

ATARAXIA TALKS

ataraxia talks

Organisée pour Ataraxia Promotion, cette rencontre offrait un éclairage sur des  situations de montage de projet urbain dans le Grand Ouest. Dans chacune d’entre elles, la dimension partenariale de workshop, d’atelier et de négociation prévaut sur la logique top-down ”.
Manifestement, à Nantes comme à Rennes ou Bordeaux, le contexte et la commande politique invitent à l’innovation. Serait-ce le signe d’un développement local porteur et d’un milieu humain ouvert et collaboratif, cette  fameuse “ west-coast attitude ” ?  Sans préjuger des analyses qui seront faites, force est de postuler que le contexte invite à chercher des « manières de faire » qui s’adaptent, voire anticipent les évolutions socio-économiques comme le retour des projets de renouvellement urbain et de revitalisation des cœurs métropolitains, la mutation des secteurs d’activités, l’amoindrissement des ressources des collectivités locales et l’installation inexorable des questions environnementales.  West is the best ?

retour en haut
COMMUNICATION

Sensible

A+

Ephad, Broussais, Paris, 15ième, Samuel Delmas,

Où vieillir, sinon dans son quartier, quand on y a passé la majeure partie de sa vie ? L’Ehpad Alice Prin, sur le site de Broussais, réactive la force et la simplicité du bâtiment des anciens laboratoires de l’hôpital pour offrir aux seniors un espace de vie en lévitation sur la ville et très au-dessus des standards de l’époque. Cette dernière livraison de l’agence A+ démontre que l’architecte Samuel Delmas cherche à offrir plus que des m2, qu’il raisonne en terme de surface agréable plutôt qu’en surface utile. L’agence inverse la codification du projet et démontre qu’il est possible de modeler une intimité par un passage, une ombre, une épaisseur : « tout simplement » par la matière ou son absence. Sa démarche est fondamentalement sensible. C’est d’ailleurs le titre de la monographie consacrée à l’agence qui paraît à l’occasion d’une exposition présentée à la galerie d’architecture en février 2016. Sensible et cohérent.

retour en haut
COMMUNICATION

Une architecture du temps

LOCI ANIMA

loci anima

Françoise Raynaud est un drôle d’animal. Elle développe, au sein de son agence loci anima, une approche holistique de l’architecture, imaginant des bâtiments qui confinent au vivant, inscrits dans des biorythmes, supports et refuges de différentes formes de nidations et appropriations qui varient au fil de la course du soleil, du rythme des saisons et du renouvellement des générations. Pour le macro-lot B4 de Boulogne dont elle est l’architecte-urbaniste coordinateur, elle propose un paysage ouvert autour d’une école au jardin sur le toit. Bureaux et logements convergent vers cet horizon habité où fourmillent écoliers, familles, salariés mais aussi abeilles, petits oiseaux de proie et végétaux en mal de refuges. Au cœur de ce macrocosme, son immeuble de bureaux pour la Deutsche Bank et Vinci Immobilier anticipe les nouvelles manières de travailler tout en offrant à la ville une silhouette ondoyante et irisée, bleue ou rose orangé, jamais tout à fait la même. Dans un autre registre, elle imagine pour Jérôme Seydoux, au cœur des Gobelins, un cinéma de quartier ouvert sur la ville et traversé par les vues et la lumière. De ses façades animées « tokyoïtes », développées avec l’artiste Miguel Chevalier, à sa structure bois, de l’ombre à la lumière, le cinéma Les Fauvettes renouvelle les codes du cinéma qui redevient un lieu de sociabilité et d’échange, forgé par la magie des images et la force d’une programmation dédiée à des chefs d’œuvre restaurés et numérisés. Ses recherches pour transformer l’expérience des lieux ont également amené loci anima à concevoir, pour le Grand Angoulême, une médiathèque en cinq mondes : Fabriquer, Créer, Imaginer, Comprendre mais aussi D’un monde à l’autre. Portée par la transversalité des approches et des pratiques à l’heure du tout-numérique, l’Alpha incarne la médiathèque de nouvelle génération et un troisième lieu inédit. Une année 2015 charnière pour loci anima qui, livrant ses trois projets, s’est tournée vers A H A pour orchestrer la visibilité de l’agence et l’intelligibilité d‘un propos original, porté par des créations véritablement atypiques et une équipe aux profils étonnamment diversifiés, soudée par une passion commune à cent lieux des rives du conformisme et ses sentiers battus … Mais on n’en dira pas plus pour le moment.

retour en haut

Costes, exclusif

Costes Etudes et Projets développe des lieux exceptionnels, hôtels, palaces, restaurants, qui sont les enfants illégitimes de l’esprit du lieu et des vibrations de l’époque. Ils distillent une atmosphère ultra-dédiée, composée sur mesure avec des designers, des décorateurs et des chefs de référence, et portent la promesse de belles échappées. Nous avons le plaisir d’annoncer notre collaboration avec la marque de Jean-Louis Costes.

retour en haut
EXPO

(Re)nouveau, 25 quartiers renouvelés

LA MANNE

Expo, AHA, 3F, 25 quartiers renouveler, At la Manne in Paris
Dix ans après les événements dans les banlieues françaises, la manne propose l’exposition (Re)nouveau, 25 quartiers renouvelés. Cette exposition renouvelle le regard porté sur les fameux quartiers ANRU, ceux qu’on appelait il n’y a pas si longtemps encore « les cités ».  L’exposition présente une centaine de photographies de quartiers situés dans toute la France, de Grande-Synthe à Perpignan, de grands ensembles en villes nouvelles, tous transformés au cours des dix dernières années sous l’effet du Programme national de rénovation urbaine. Ces photos, réalisées par Julien Lanoo et issues du livre « 3F présente, 25 quartiers renouvelés » ( éditions A H A ), adoptent le point de vue du passant qui regarde et écoute. Ce projet, développé avec la confiance d’Immobilière 3F a pour ambition de déjouer les idées reçues sur les « cités » et présente des quartiers singuliers, inscrits dans un territoire, une histoire et une géographie. L’inauguration sera l’occasion d’un débat sur le renouveau des quartiers et du regard que l’on porte sur eux entre Yves Laffoucrière, directeur général d’Immobilière 3F, Thierry Lajoie, P-DG de Grand Paris Aménagement et Nicolas Michelin, architecte-urbaniste.

retour en haut

Les éditions A H A sont nées

L’architecture et l’urbanisme sont des soft power. Les éditions A H A sont nées pour produire, documenter, partager des initiatives non limitées et non exclusives dans le champ de la pensée comme du design de la ville, du paysage, ses habitants. Elles engagent une réflexion, étayent une vision, proposent des alternatives à la boring city comme au boring publishing. « 3f présente : 25 quartiers renouvelés » est la première publication des éditions A H A. Entre roman-photos et road trip photographique et sonore, cet ouvrage renouvelle le regard porté sur les fameux quartiers ANRU, ceux qu’on appelait il n’y a pas si longtemps encore  » les cités « .

retour en haut
06 . 10 . 2015

Inclination post-critique

BERGER&BERGER

BERGER BERGER LAMBERTDepuis 2006 Laurent P. Berger et Cyrille Berger exercent sous l’identité Berger&Berger. Leur travail se développe dans les champs de l’architecture, des arts plastiques et de la scène. En 2010, ils faisaient partie des quarante équipes internationales invitées par Kazuyo Sejima à la 12e Biennale d’Architecture de Venise. Parmi leurs projets, Pompidou Mobile (2009), les résidences d’artistes du Centre International d’Art et du Paysage de l’île de Vassivière (2012), le réaménagement des espaces publics du Centre National de la Danse à Pantin (2016) et l’extension du musée de la Collection Lambert à Avignon qui a été livrée cet été.  Cette architecture neutre, convoquant des formes géométriques simples, fait du musée un « écrin minéral » qualifié par son taux de réverbération. »Si nous voyons un avenir pour l’architecture française, c’est dans cette même inclination post-critique à vider l’architecture de ses superstructures narratives, par l’effacement des subjectivités, pour retrouver une certaine blancheur des choses, leur neutralité psychologique« , écrit à leur propos Philippe Rahm. Berger&Berger ont confié à A H A leur communication. À partir du 26 février 2016, la galerie rueVisconti leur consacre une exposition monographique.

retour en haut
DÉVELOPPEMENT

Bâle – France

HHF

siteHHF est une agence suisse installée à Bâle et fondée par Simon Hartmann,Tilo Herlach et Simon Frommenwiler. Réfutant la notion d’écriture, cherchant à déjouer ses tropismes, travaillant aux frontières de l’architecture, du design et de l’installation, régulièrement sur l’espace public, l’agence pose la question de la contribution plus que celle de l’auteur. Elle considère chaque projet comme un levier pour atteindre des objectifs implicites, en premier lieu celui de laisser la porte ouverte à la continuité. Dans cet esprit, elle entretient des dialogues avec d’autres, à l’international. Dès 2004 elle collaborait avec Ai Weiwei sur un premier projet, le Jinhua Architecture Parke et, en 2008, elle était invitée à participer au projet Ordos, en Mongolie Intérieure. Ensuite, elle partit avec huit autres agences sur la Ruta del peregrino, pour y réaliser un belvédère. Celui-ci a intégré les collections du Centre Pompidou dès 2011. Il est aujourd’hui présenté dans le 3e volet de l’exposition « Une histoire, art, architecture et design, des années 80 à aujourd’hui » qui ouvre ses portes le 16 septembre au Centre Pompidou. L’agence se développe en Suisse, à NYC, à Berlin. En France, elle est lauréate de deux projets, développés en collaboration avec AWP :  le master plan pour La Défense 2020 et les folies du parc de Carrières-sous-Poissy (78) qui seront livrées à l’automne.  Elle confie sa stratégie France à A H A.

retour en haut
PROJET

Learning from Athens – A report

OPEN LETTER

photo point supreme -Sigrou-Car copie

Nous avons passé l’année rivés sur l’actualité grecque, suivant avec « terreur et pitié » les différents actes de ce qui ressemblait fort à une tragédie Racinienne. Nous avons choisi de faire notre séminaire de rentrée à Athènes pour y rencontrer des acteurs émergents, architectes, journalistes, éditeurs et agences médias, sans projet précis mais avec la certitude de similitudes entre les réalités architecturales et urbaines française et grecque, toutes deux entre raréfaction de la commande publique, nécessité d’inventer de nouvelles manières de travailler, voire plus radicalement de se réinventer tout court. Que la crise soit un « ongoing process » ou, comme le laisse espérer son étymologie, un point de départ, nous postulons que Grecs et Français ont des retours d’expérience à partager. D’autant que les parallèles entre Athènes et Paris sont évidents : espaces publics et transports publics en berne, vitrification urbaine latente pour cause de patrimoine, mauvaise cohabitation entre habitation et animation urbaine, gros projets d’un autre âge plombant moral et budget, et dans les deux cas des compétitions internationales à grandes échelles lancée pour dessiner le futur des villes, avec d’un côté les 23 sites de Réinventer Paris et de l’autre Rethink Athens. D’ailleurs, cette démarche initiée par la maire de Paris rappelait la voie choisie par la fondation Onassis qui, deux ans auparavant, lançait le projet international Re-think Athens, avorté en décembre 2014 avec le retrait des fonds européens.

+ infos


Nous sommes aussi convaincus qu’il n’y a pas de meilleures manières de prédire le futur que de le dessiner. À Athènes, la réalité du modèle de la « Polykatoika » nous a frappé ( structure que des chercheurs du Berlage Institut ont comparé au Dom-Inno de Le Corbusier pour en identifier le potentiel d’appropriation et d’extension [1]), mais aussi le formidable morcellement de la ville en mini-parcelles familiales loties individuellement (avec la bénédiction de la Ville d’Athènes qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale voulait faire l’économie d’une véritable politique de la ville et qui subsiste sur cet héritage), la quasi absence d‘opération de promotion immobilière de grande ampleur qui en résulte, la sous-qualification des espaces publics qui ne sont souvent que des espaces résiduels inter-propriété, laissés tels quels ou développés en galeries commerçantes et dont l’appropriation est fragile sinon précaire, le manque patent d’espaces verts et d’aires de jeux, le nombre importants de parcelles désaffectées et de bâtiments insalubres, etc.

Tous les acteurs grecs sont aujourd’hui plongés dans une réelle précarité. Face à une commande publique quasi nulle ou des concours sur invitation hasardeux, leur survie dépend de clients privés (qui sont trop souvent des maîtres d’ouvrage occasionnels) pour réaliser ici un lieu de travail ou de production, là un lieu de vie (souvent une magnifique maison individuelle sur une île pour des clients de nationalité étrangère). Pourtant nombre d’entre eux bénéficient d’une visibilité et d’une reconnaissance à étranger (l’agence Point Supreme, à laquelle A’A’ consacrait 12 pages en 2012 [2] participe à la Biennale de Chicago 2015 et développe des projets aux Pays-Bas mais aussi récemment à Tel Aviv [3]; Divercity est installée entre Londres et Athènes, Buerger-Katsota est invitée à enseigner à Harvard University et à la Rhodes Island School of Design et maintient des liens actifs avec l’Autriche) et développent une architecture soucieuse d’entretenir des liens exigeants avec le patrimoine industriel et archéologique comme le paysage (Dimitris Thomopoulos [4]), inventive sinon subversive (Point Supreme [5]) et développent un travail de recherche et d’enseignement entre Athènes, Patras et Chypres.

Notre premier réflexe de consultant est d’encourager cette scène à se fédérer, même informellement, car l’ignorance de leur actualité ou problématiques mutuelles et la rareté des occasions de se rencontrer nous ont frappés. Habitués à se méfier des pouvoirs publics et des logiques de partis, ces acteurs semblent perdre de vue que leur travail s’inscrit dans ce que nous appelons « une vision de la collectivité et du service public ». Il s’agirait dans un premier temps de partager des retours d’expérience pour ensuite développer ensemble l’amorce d’un manifeste ou de recommandations qu’ils pourraient adresser aux pouvoirs publics, institutions et donations qui aujourd’hui comptent en Grèce, au premier rang duquel le maire d’Athènes mais plus stratégiquement son successeur qui ne manquera pas d’entrer en campagne prochainement. Le temps est venu de fédérer les énergies locales autour d’une action collective. Documenta, la star des manifestations quinquennales dont la prochaine édition se tiendra en 2017, a décidé, sous l’impulsion de son directeur artistique Adam Szymczyk et pour la premieère fois de son fistoire, de se diviser entre Kassel et la capitale grecque en donnant à cette édition le titre “Documenta 14: Learning From Athens”. Pendant ce temps, le tout nouveau musée d’art contemporain [6] livré ce mois-ci à Athènes n’ouvrira pas ses portes faute de budget pour le doter de personnel. Une exposition « Ametria » [7], présentée actuellement au Benaki Museum par la Fondation DESTE et dont l’objectif est de sonder la radicalité et la démesure dans l’action, consacre ses premières salles aux premiers plan d’urbanisme d’Athènes à la fin du 19e siècle pour ensuite s’intéresser à des propositions d’artistes. Nous retenons ici moins la transversalité des pratiques entre art, architecture et urbanistes que la preuve d’un contexte porteur.

Notre projet se dessine. Nous voulons fédérer institutions, investisseurs, fondations, universités, critiques et architecte autour d’un nouveau projet Learning from Athens. A report qui sera lancé lors de la Biennale de Venise 2016, dans la dynamique d’actions concrètes voulues par son commissaire général Alejandro Aravena, adepte des démarches militantes et des incursions en territoires extrêmes [8]. En 2016, c’est vers Athènes que nos regards doivent converger et en 2017 c’est à Athènes que nous devront être.

[1] Pier Vittorio AURELI, Maria S. GIUDICI, Platon ISSAIAS. From Dom-ino to Polykatoikia. Domus n°962, october 2012. [2] Alexandre LABASSE. Surrealist Odyssey. L’Architecture d’Aujourd’hui, n° 390. [3] Serpantina, Holon Design Museum, Tel Aviv, Israel, 2015. [4] Usine de production et de transformation d’huile d’olive, Pylos, Dimitris Thomopoulos architect, livraison 2015. [5] 8 Projects for Athens, Point Supreme architects, 13th International Architecture Biennale Venice, 2012. [6] National Museum of Contemporary Art, Stylianidis architects, livraison 2014. [7] Exposition Ametria au Musée Benaki, Pireos St, 12 juin – 11 octobre. [8] Il faisait partie des 100 architectes invités à ORDOS un projet mené par Ai Weiwei en Mongolie Intérieure. Il faisait également partie des huit équipes invitées à travailler sur le chemin des pèlerins de la Ruta del Pelegrino.

- infos

retour en haut
ÉDITION

3f présente… 25 quartiers renouvelés

ÉDITIONS A H A

photo pour site aha« Je travaille pour le piéton et non pour l’aviateur. Je pense à celui qui regarde par la baie de sa chambre ou de son salon » écrivait Fernand Pouillon. C’est précisément ce point de vue que nous avons choisi : celui du passant qui regarde et écoute. Il a présidé à la découverte de 25 quartiers situés dans toute la France, de Grande-Synthe à Perpignan, de grands ensembles en villes nouvelles, tous transformés au cours des dix dernières années sous l’effet du programme national pour la rénovation urbaine. Notre propos est d’ouvrir le champ de la perception en proposant un travelling sur cette « France nouvelle », ménageant du hors-champ sur le grand paysage comme des cadrages sur des détails, des signes, des attentions. Aucune de ces images en soi n’a valeur de symbole car le réel est complexe. C’est de leur surimpression que surgit la réalité de chacun des quartiers. Le son qui accompagne ce travelling photographique a été collecté lors des prises de vue. Les textes peuvent être lus isolément, comme autant de légendes attribuées à des images, ou bien au fil des pages, à la manière d’un sous-titrage instantané. Le renouvellement n’est pas une idée neuve : il a motivé la construction de nombre de ces quartiers qu’on a fustigés avant de les démolir. S’il est un renouvellement qu’il nous paraît maintenant urgent d’orchestrer, c’est celui des mentalités et du regard porté sur ces quartiers qui ne cessent d’être nouveaux et de heurter notre tropisme européen pour « la ville historique constituée ».  Gageons que cet ouvrage y participera, comme il a participé d’une véritable aventure humaine pour ses auteurs, menée avec la confiance rigoureuse du groupe 3F.
Production, direction éditoriale et édition : A H A ,  graphisme : WA75 , vidéo : Corentin Perrichot, son : Yves Bagot.
En librairie : septembre 2015

retour en haut
COMMUNICATION

De bureau en bureau

PARC architectes

parc image site

Et si on parlait de la transformation bureau / bureau ? En l’occurrence d’un bâtiment de bureaux situé au cœur du 11e arrondissement de Paris étendu dans les années 1970 pour former un patio. Le projet développé par la jeune et brillante agence PARC consiste à transformer les façades donnant sur cour et sur patio pour adapter les espaces de travail aux exigences contemporaines de confort et de lumière. Pour ce faire, elle recourt au bois ! Largement vitrées, les nouvelles façades en menuiseries bois insufflent transparence et porosité dans les plateaux, et, cerise sur le gâteau, restaurent l’ordonnancement des façades d’antan.

retour en haut
PRODUCTION

Logements

DEVILLERS & ASSOCIÉS

book logement Devillers« Le logement est le plus intéressant et le plus difficile des programmes pour un architecte » selon Christian Devillers, Grand prix national de l’urbanisme et membre de l’atelier international du Grand Paris. « Le plus intéressant parce qu’il touche à l’essence même du métier, loger des hommes, donner sa forme à la ville qu’engendre leur société. Le plus difficile parce qu’il est le plus contraint par l’économie, par les normes de toutes sortes et par le contexte ». L’agence Devillers, devenue récemment Devillers & Associés a réalisé plus de 4 000 logements, collectifs et individuels, sociaux et privés, dans tout type de contexte français. À la base de de son savoir-faire en architecture comme en urbanisme, son approche du logement est fondée sur la référence à l’usage, la responsabilité en tant que « pièce urbaine » et l’impératif de la pérennité. A H A a réalisé le premier portfolio de l’agence Devillers & Associés, en invitant les graphistes Camille Baudelaire, Jérémie Harper et Mathilde Lesueur. Intitulé sobrement « Logements », cet ouvrage revient sur des projets récents et emblématiques.

retour en haut
COMMUNICATION

Architecture avancée

NICKL & PARTNERS

image 2

Spécialisée dans le champ de l’architecture de la santé et de la recherche, Nickl & Partner fait partie des grandes agences d’architecture allemandes. Au fil de près de quarante réalisations en Allemagne, Suisse et Autriche, l’agence a su mettre en place une méthodologie de programmation en lien direct avec les usagers des bâtiments ultra spécifiques qu’elle conçoit. Dialoguant avec des équipes de chercheurs parmi les meilleures au monde, elle réalise des bâtiments qui font cohabiter recherche fondamentale et recherche appliquée, travail en laboratoire et travail de bureau, médecine ambulatoire et hospitalière, recherche et enseignement. Ses dernières livraisons se caractérisent par l’épaisseur et la modularité de leurs façades, propices à la dissimulation, au retrait et à la concentration, comme à l’ouverture et la transparence. Traversée par des principes profondément ancrés de bio-climatisme et d’architecture environnementale, l’agence produit des édifices qui (fidèles au principe de Lavoisier ?) se transformeront à mesure que la recherche avancera, attentifs à leur site à et à son usage, jamais démonstratifs, encore moins métonymiques, ici pour durer. Disposant de bureaux à Munich, Berlin, Frunkfurt et Zurich, l’agence connait un important développement en France. Elle a livré en 2013 l’Institut de biologie structurable IBS2 sur la zac Presqu’île de Grenoble et étudie d’importants complexes, comme l’institut HUB de l’université de Picardie à Amiens (2016) et le centre hospitalier de Voiron (2019). Elle est présente lors de l’exposition du Netzwerk Architecture Export au centre d’information de l’ambassade d’Allemagne fin juin à Paris. Elle a confié sa communication en France à A H A.

retour en haut
COMMUNICATION

Vivre aux Bassins, habiter un atrium

ANMA

photo sitePour faire des bassins-à-flot un quartier différent, la Ville de Bordeaux a choisi de « faire autrement » et de le construire selon les principes expérimentaux de l’urbanisme négocié, définis par l’agence ANMA avec l’Atelier des Bassins. Car le secteur des Bassins à flots constitue un territoire d’exception par son passé portuaire et manufacturier. L’ensemble du site est intégré depuis 2007 dans le périmètre inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité. Sa situation de trait d’union entre le Lac et le grand territoire du quartier de la Bastide, à l’embouchure du nouveau pont, en fait un enjeu de taille dans le projet urbain bordelais. L’agence Nicolas Michelin et Associés vient d’y livrer deux opérations de 345 logements, pour le promoteur Nexity et le bailleur social Domofrance. Dans la logique de « hangars habités », chacune est distribuée en deux corps de bâtiment que se font face de part et d’autre d’un jardin couvert par un atrium. Les logements sont traversants tandis que leur distribution s’effectue par des coursives donnant directement sur le jardin. Ils signent ainsi une manière nouvelle d’habiter dans un quartier qui lui-même renouvelle la fabrique de la ville.

retour en haut
COMMUNICATION

Retour vers le futur

FRANÇOIS LECLERCQ & ASSOCIÉS

photo site

La figure de la halle industrielle, dont la morphologie longue et arienne explique son utilisation à la fois rationnelle et intensive, est intrinsèquement liée à l’histoire de l’île-de-Nantes. Elle a inspiré le lycée Nelson-Mandela dont la grande nef rend hommage à l’horizon atlantique de son quartier et réactive les liens immémoriaux entre ceux qui fabriquent les bateaux et ceux qui fabriquent les bâtiments. Car le lycée est le temps d’un voyage, des rives de l’adolescence à celles de l’âge adulte, une odyssée 24 /24 dans un vaisseau industrieux, arpenté au fil des heures par des jeunes gens entre 15 et 20 ans. Le Lycée Nelson-Mandela est un lieu d’enseignement, de vie, de loisirs. Un lieu d’apprentissage à tous les sens de terme. Apprentissage scolaire de la seconde aux classes préparatoires. Apprentissage du vivre ensemble et de la différence ensuite, par la co-visibilité mise en scène par son long atrium, par ce creuset où toutes les langues sont enseignées et par la diversité des élèves également, dont certains sont en situation de handicap physique ou mental. Apprentissage de la limite aussi car ce lieu de vie et de résidence est contraint aux règles strictes de l’internat. Apprentissage de l’effort encore, par la sanction régulière des examens et l’importance accordée aux sports, en extérieur et en salles. Apprentissage de l’espace et de son parcours enfin car à la richesse de son programme répondent la clarté de son architecture et la force tranquille de sa longue rue intérieure propice aux croisements et aux flux. Faut-il préciser que le lycée Nelson- Mandela est une construction bois ?

retour en haut
DÉVELOPPEMENT

Eden Vorarlberg

DIETRICH | UNTERTRIFALLER

ETH Sport Center« La spécificité du Vorarlberg tient avant tout dans le dialogue entre artisan et architecte. Il n’y a aucune différence sociologique entre les deux. Nous travaillons d’égal à égal », affirme Much Untertrifaller. Depuis la France, le Vorarlberg fait figure d’Eden. L’agence Dietrich Untertrifaller livre une architecture simple, raffinée, à l’exécution parfaite. Cinq projets de l’agence autrichienne sont en études ou en chantier en France. Le collège de Broons sera le premier livré. Viendront ensuite le Palais de la musique et des congrès de Strasbourg, l’École d’art de Nancy dans le cadre du projet Artem, un gymnase à Lyon puis un autre à Longvic. L’agence vient de remporter le concours international pour le campus universitaire sportif Olympiapark à Munich. Elle a confié sa stratégie dans l’Hexagone à A H A.

retour en haut
COMMUNICATION

Cas 1 : 200 jardins d’hiver à Batignolles

BARTOLO-VILLEMARD

BVAU © Cyril LallementL’architecture de l’agence Bartolo-Villemard procède simultanément d’une permanence et d’une situation. Considérant que toute architecture est un habitat, l’agence mène une série de recherches sur la qualité du cadre de vie au-delà de la notion de programme dont les notions d’usage, de confort et de domesticité sont le socle. Son implication est avant tout humaine et sociale, discernant les possibilités d’un contexte, agissant en fonction des lieux et des personnes. Dans le secteur de grande transformation qu’est la ZAC Clichy-Batignolles à Paris, face aux emprises ferroviaires, son nouveau projet de 98 logements et une crèche développée pour ICF La Sablière organise des habitations à double et triple orientation, dotées chacune de jardins/serres. Cet ensemble bâti affiche une présence urbaine particulière : 200 jardins d’hiver suspendus à la façade du bâtiment scandent et proportionnent des volumétries étagées du sol au ciel, les unes sur les autres, chacune exprimant la dimension de l’une des 98 habitations. Tout au long de l’année, on peut y manger en famille, lire sous le soleil, parcourir son logement par l’extérieur.

retour en haut
COMMUNICATION

Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg

ANMA

ANMA BNUDeuxième bibliothèque de France, la bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, construite en 1871, vient de faire l’objet d’une réhabilitation par l’Agence Nicolas Michelin et Associés. Son architecture originelle wilhelmienne reflétait l’historicisme de la fin du 19e siècle, avec une organisation symétrique et un plan carré. Une réhabilitation menée dans les années 50 avait occulté la force de ce plan d’origine. La troisième étape menée par ANMA opère un retour aux sources : le plan central originel est remis en lumière, la relation ténue entre intérieur et extérieur est réactivée. Mais surtout, la coupole est dégagée, soulignée par l’escalier central qu’elle baigne dans une lumière presque mystique…
 Élément symbolique et structurel du projet, celui-ci renoue avec une forme de monumentalité débarrassée du triomphalisme des débuts. La bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg a été nominée au prix de l’Equerre d’argent 2014 dans la catégorie « Réhabilitation ».

retour en haut
ÉDITIONS

NX #1

MAGAZINE

Compo NP-Blanc

Naud & Poux, une histoire qui depuis vingt ans se conjugue au présent. L’agence produit une architecture consciente de son rôle, tour à tour pacificatrice ou bienfaitrice, émulatrice ou protectrice. La méthode Naud & Poux est fondée sur l’auscultation, elle est destinée à produire au plus juste, au moins dispendieux et pour longtemps. NX est un magazine sur l’actualité des réflexions, des anticipations, des lubies comme des créations qui occupent Naud & Poux. Puisse ce premier numéro, conçu par AHA avec le graphiste Toan Vu-Huu, exciter votre curiosité.

retour en haut
COMMUNICATION

Médiathèque de Saint-Germain-lès-Arpajon

O-S ARCHITECTES

O-S - © Vincent Ferrane

«Sometimes you have to keep ideas for decades before they have any use in architecture». Cet épigramme accompagne chaque occurrence officielle du nom des Ateliers O-S architects. Attaché aux attentes et besoins des usagers, O-S développe une architecture réactive, capable de procurer à chacun une émotion, une expérience. Le nom de l’agence fait référence à de nombreux horizons, notamment ceux de l’Open Source et Operating System, des notions qui synthétisent les idées d’ouverture et de production nécessaires à l’établissement d’un projet. À Saint-Germain-lès-Arpajon, au sud du Grand Paris, l’agence vient d’achever un «  mix building » qui agrège les fonctions et les espaces de médiathèque et d’école de musique et de danse. Le projet dialogue avec les lignes de fuite de ce site presque rural, les yeux perdus dans la vallée de l’Orge. Une monographie illustrée de photographie de Cyrille Weiner et de textes de Rudy Ricciotti et Sophie Trelcat est à paraître.

retour en haut
19 . 01 . 2015

Désirs de ville !

TABLE RONDE A LA CITÉ DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE

Regarder de biais les pratiques actuelles  — logements autrement, nouveaux usages de l’espace public, nouvelles manières de faire la ville — en faisant référence à des projets qui ont suscité l’adhésion du grand public qui les a primés lors du Palmarès grand public Archicontemporaine : cette table-ronde décrypte les moteurs de l’enthousiasme du public pour l’architecture. Elle réunit les architectes Jean Larnaudie, Eric Babin, Corine Chiche, Sophie Delhay, Nicola Delon, Emeric Lambert et le chroniqueur urbain Matthieu Duperrex. Elle est organisée par le Réseau des maisons de l’architecture.

retour en haut

OPENING

– Come and visit us in our new office ! –
43, rue de Lancry — 75010

agence

retour en haut
COMMUNICATION

Vingt-quatre heures d’architecture

RESEAU DES MAISONS DE L’ARCHITECTURE

Affiche2H

Expo, tables rondes, films, débats, ateliers enfants, palmarès, balades d’architecture, fêtes : vingt-quatre d’heures d’architecture est dédié à tous les publics. Ce festival fédère publics et pratiques dans d’un tour d’horizon sur les questions actuelles liées à la ville et son appropriation. Son ambition est de sensibiliser novices et amateurs, de leur permettre de se façonner un regard comme des arguments. Organisé par le Réseau des maisons de l’architecture, Vingt-quatre heures d’architecture est un événement biennal et itinérant. Après une première édition à la Manufacture des tabacs de Strasbourg en octobre 2012, une seconde édition se tenait en octobre 2014 à la Friche la Belle de Mai de Marseille. Plus de 7000 visiteurs ont arpenté la friche la Belle de Mai et ses 45.000 m2 taillés dans le béton pour participer, sous un soleil ardent et une nuit filante, à une manifestation étoilée. Une deuxième édition réussie, au vu du nombre des participants, grand public, professionnels et associations, mais aussi de la mobilisation des Maisons de l’architecture partenaires, de la richesse des interventions et de l’enthousiasme du public marseillais qui s’est approprié massivement cette pièce urbaine, aiguillonné par son désir de ville vingt-quatre /vingt-quatre.

retour en haut
23 . 02 . 2015

Représenter 25 quartiers

EXPOSITION

expo 3f

Cette exposition accompagne un ouvrage qui présente 25 quartiers transformés au cours des 10 dernières années sous l’effet du programme national de rénovation urbaine. 3F a pris une part active à leur métamorphose. L’ambition de l’exposition est de déjouer les idées reçues sur ces « cités » que l’on croit connaître sans parfois les avoir autrement arpentées que par journaux télévisés interposés, et de présenter des quartiers véritablement singuliers, inscrits dans un territoire, une histoire et une géographie.

retour en haut

BRAVO

10 . 03

Equerre d’argent
– Five projects supported by AHA –
Nominated at the french national prize Equerre d’argent.
AHA congratulates and thanks for their trust Agence Nicolas
Michelin et Associés, Fassio-Viaud Architectes, Parc
Architectes, R Architecture and Sophie Delhay Architecte.

retour en haut
23 . 12 . 2014

Bienvenue au casino du lac

DATA ARCHITECTES

DATA

En plein Far East, dans la région délaissée du lac de Der près de Saint-Dizié, un casino doté d’un restaurant et d’un bar ouverts jusque tard dans la nuit est bien plus qu’une attraction touristique, c’est un véritable service public pour les populations alentour. DATA architectes propose des archétypes complexes mais indatables, des bâtiments hors du temps de la mode, mieux armés pour traverser les prochaines décennies. Le casino du Lac est un outil évolutif et transformable dans le temps, un concept durable qui anticipe des changements de programmes et d’usages. Bienvenue au casino du lac.

retour en haut
23 . 03 . 2015

Bartolo Villemard présente …
La Caisse des Français de l’étranger à Rubelles (77)

BVAU - rubellesNous sommes en Ile-de-France, à Rubelles, en périphérie de la ville de Melun. À première vue, c’est un territoire à l’écart, sans planification ni confort. Il faut descendre de voiture et regarder attentivement cette réalité en devenir pour comprendre sa logique et ses potentialités. L’endroit est un collage : des pavillons, des bureaux, des parkings, un hôtel, des enseignes commerciales, des routes, au loin les champs. L’édifice est un second immeuble en extension d’une construction des années 80.
Il s’implante dans un environnement suburbain archétypal des contours des agglomérations, diffus et peu lisible. Quelle architecture pourrait rendre ce territoire plus habitable ? De jour comme de nuit, la vie s’organise, bien réelle. Le caractère ouvert et inaccompli de ces sites à la géométrie mouvante constitue le futur des métropoles. L’agence Bartelo-Villemard travaille avec cet état des choses particulier, tente de le transcender. L’extension de la Caisse des Français de l’Étranger est un lieu de travail mais aussi une demeure : unique, confortable, intime, destinée à une communauté de personnes, en paix avec un environnement qu’elle participe à pacifier.

retour en haut
COMMUNICATION

Les Quinconces

BABIN+RENAUD

Babin Renaud - © Cécile Septet« Pour une fois les architectes ont su dépasser les oppositions convenues entre espaces publics et espaces privés, activités non lucratives et marchandes, culture savantes et populaire »(Valéry Didelon, D’A 229). La Ville du Mans vient de se doter en centre ville, à l’interface de l’esplanade des Quinconces et de la place des Jacobins, face à la cathédrale, d’un équipement culturel majeur : un théâtre de 832 places, un multiplexe de cinéma, la salle du conseil municipal et des parkings. Dans la continuité de leurs foyers respectifs, les spectateurs croisent le chemin des badauds qui vont et viennent entre la place de l’esplanade que ce soit à l’occasion des activités quotidiennes du marché ou lors de la pesée des voitures Vingt-quatre Heures du Mans, de la foire foraine etc. Tout sauf un objet solidaire, l’espace culturel des Quinconces conçu par Éric Babin et Jean-François Renaud se présente sous les auspices de deux volumes épurés et exacts — le théâtre enveloppé d’un rideau de verre sériographie et le cinéma en lévitation revêtu de pierre blonde­ — qui jamais ne rivalisent vainement avec la cathédrale Saint-Julien située en contrebas.

retour en haut

Fondation EDF

12 . 06 .14

dalin_tournaire_BJA_EDF_2014_image copie

– Lauréats des Bourses jeunes architectes de la fondation EDF –

Michael Chomette, Julia Tournaire & Marie-Charlotte Dalin,
Damien Boboc & Florian Bosc Malavergne sont lauréats
de la bourse Jeunes architectes décernée par Fondation EDF.
Analyse des offres, organisation du jury et communication : AHA

retour en haut
06 . 05 . 2014

Patronage laïque

MAB LAPS

72, rue Félix Faure 75015 Paris, MAB architectes et LAPS Architectes, 2014, France

Une ouverture sur la ville, une adresse pour le quartier et un programme très singulier, hérité des anciennes MJC. À Paris dans le 15e arrondissement, deux équipes d’architectes, MAB Arquitectura (Es) et LAPS ( Fr), se sont associées pour la réalisation d’un équipement municipal unique où deux programmes, le patronage laïque et la résidence sociale, s’imbriquent subtilement. À l’angle de l’avenue Félix-Faure et de la rue Tisserand, dans l’environnement disparate de la ZAC Boucicaut aux bâtiments très carrés mais aussi des vestiges haussmanniens ou industriels du 19e siècle, l’édifice en béton blanc reprend le code très parisien de l’immeuble d’angle et balise le quartier de jour comme de nuit de son fronton laiteux et luminescent. L’équipement du Patronage offre de généreux espaces, répartis sur deux niveaux autour d’un hall en double hauteur, conçu comme une extension de l’espace public, ouvert sur la rue, vitré et coiffé d’une verrière. Un projet très remarqué, exposé au Pavillon de l’Arsenal et dans le pavillon italien de la Biennale d’architecture de Venise 2014.

retour en haut
07 . 02 . 2014

« Habiter mieux »

FONDATION EDF

dalin_tournaire_BJA_EDF_2014_image copie

Comment penser et construire l’habitat dans un contexte de crise économique ? Quelles sont les stratégies mises en place ailleurs ? Sur quelles expériences européennes se fonder ? À l’heure du développement de l’habitat participatif, la Fondation EDF relance son programme de Bourses Jeunes Architectes sur le thème « Habiter mieux ». Les lauréats auront six mois pour développer un projet en s’inspirant de modèles développés en Europe. Ils auront à faire preuve d’audace et d’originalité mais aussi d’ouverture car ils devront associer à leur projet des acteurs multiples : économistes, sociologues, géographes, promoteurs, élus, etc. Le jury est présidé par Claude Parent.
Bonne chance.

retour en haut
29 . 10 . 2014

Golden age

NAUD & POUX

Julien Lanoo

« Ceux qui entrent en maison de retraite avaient cinquante ans en 1980. Ils sont donc habitués à la modernité. Pourquoi leur donner de la moulure et du pastiche ? » interroge Elizabeth Naud. Vingt ans déjà que l’agence réfléchit, conçoit et construit des établissements destinés à héberger des personnes âgées. La dépendance, la perte progressive d’autonomie constituent
le cœur de réflexion parce que celles-ci sont évolutives et que les structures d’hébergement doivent pouvoir accueillir des résidents dont la condition évolue. L’agence étudie des offres alternatives, moins coûteuses, plus nombreuses et surtout réversibles car la demande est sans cesse évolutive, l’enjeu étant de remettre la personne âgée au cœur de la société. L’EHPAD Antoine-de-Saint-Exupéry à Villejuif est une occasion de redécouvrir l’exigeante finesse des architectes Elizabeth Naud et Luc Poux.

retour en haut
21 . 11 . 2014

Concrete babies

DDA

DDA - © Joan BRACCODevaux & Devaux architectes sont connus pour leurs interventions sur des Monuments Nationaux tels que le Mont-Saint-Michel, le Panthéon, l’Arc-de-Triomphe et l’abbaye du Thoronet. Depuis sa création, l’agence travaille à l’élaboration de projets à vocation culturelle et d’interventions sur des sites remarquables.
 Pour la crèche Guignier située sur une parcelle exiguë du 20e arrdt de Paris, un objectif a guidé les architectes : abriter et protéger sans enfermer pour offrir aux enfants, dans ce contexte urbain contraint, un environnement lumineux privilégiant les relations à l’extérieur, au ciel, au jardin, au soleil. Un équipement quasi marmoréen.

 

retour en haut
12 . 04 . 2014

Métamorphose du zoo de Vincennes

ATELIER JACQUELINE OSTY & ASSOCIÉS

Parc zoologique de Paris (zoo de Vincennes) - 08/04/2014

La question du rapport ente les hommes et les animaux engage des problématiques complexes qui touchent aussi bien à l’avenir de l’agriculture qu’à celui du maintien de la biodiversité. C’est dans ce contexte dramatique que se pose la question du zoo ou du parc animalier. La rénovation du parc zoologique de Paris menée par l’atelier Jacqueline Osty est un véritable changement de nature tant la répartition, la forme et l’articulation des dispositifs de présentation ont été modifiées. Elle orchestre aussi un changement de paradigme car c’est désormais l’humain qui se trouve chez l’animal et plus l’inverse. Du
 zoo de 1934 à celui de 2014, c’est 40 % d’espace paysagers en plus mais c’est aussi toute la vision du rapport de l’être humain à l’animal qui a évolué. Le nouvel aménagement paysager livré au Muséum national d’histoire naturelle débarrasse le zoo de ses cages et barreaux ; les animaux évoluent désormais dans des loges. Le public découvre des paysages en coulisses au moyen de boîtes de vision, de panoramas et de cadres ; il part à la rencontre des animaux et des paysages dans une relation pacifiée, favorisée par des frontières et des limites toujours floutées. Il chemine sur un ruban qui tel un fil d’Ariane le place devant de vastes perspectives ou des vues particulières sur une des six biozones. Les bâtiments ont été conçus par Bernard Tschumi Architect Urbanist avec Véronique Descharrières.

retour en haut

Avant-première HandBend

17 . 10
Capture d'écran 2015-04-01 15.28.45

– Biennale Interior Kortrik 2014 –
Handbend Industries expose pour la première fois son
Furniture design system.

 

retour en haut
14 . 11 . 2014

Maison de la recherche et Institut Ingémédia à Toulon

ANMA

Com_ANMA_Toulon_Ingemedia_20140527

Jouant le mimétisme avec les remparts historiques tout proches, cet important ensemble universitaire marque une nouvelle entrée pour la ville de Toulon si malmenée par l’histoire. Ses trois plots sont autant de fenêtres sur la ville tandis que son socle est connecté à l’espace public qu’il participe à reconfigurer. Entre circulations et traversées, ses lieux partagés offrent aux étudiants un cadre propice à l’apprentissage comme aux échanges informels. Un savoir-faire de l’agence ANMA qui signe un projet entre architecture et urbanisme, un rapiéçage urbain.

retour en haut
10 . 01 . 2014

Flaine, de Breur à R

R ARCHITECTURE

flaine
Quarante ans après les dernières constructions de Marcel Breuer à Flaine, station du massif alpin labellisée Patrimoine Architectural du 20e siècle, la jeune agence parisienne R Architecture reste fidèle à l’esprit du maître du Bauhaus en y proposant une architecture contemporaine alliant le métal au béton. En décembre 2013, Guillaume Relier et Alice Wijnen ont livré quatre réalisations dans la station de sport d’hiver de Flaine : la résidence de tourisme Le Centaure (conçue en association avec Christian Hauvette), le pavillon d’accueil de la station, le mobilier urbain et la signalétique et l’intérieur des bureaux du syndicat intercommunal. Ces réalisations ont été saluées par la presse. En 2014, ils reçoivent la distinction Ajap du ministère de la culture et de la communication et leur pavillon d’accueil est nommé au Prix de la Première œuvre.

retour en haut
22 . 11 . 2014

Parution de Archives 02

ADEL TINCELIN, ARTISTE PHOTOGRAPHE

SAM_0713 - copie

« L’objectivité peut être une ruse, et l’archive un registre esthétique servant la mise en forme de fragments de biographie et d’engagements politiques ; les images d’apparence répétitive et distanciée d’Adel Tincelin sont plus subversives et dérangeantes qu’elles n’y paraissent. » (Olivier Namias, D’A, mars 2015) À l’heure où se clôt l’ANRU 1 et où l’on attend l’annonce des 200 quartiers concernés par l’ANRU 2 paraît Archives 02, La rénovation urbaine en Ile-de-France… C’est dans la barre murée que tout s’est mêlé, effet double exposition. La cartographie intime s’est dépliée sur la ville en un filtre invisible. J’ai cherché ce qui faisait faille autour de moi. J’ai cherché à voir les
 espaces urbains invisibles, en une répétition forcenée du déplacement, de la marche, de la recherche de la juste distance. J’ai répété la visite dans le quartier de la petite enfance, répété la destruction des barres de la petite enfance, cherché l’ailleurs, l’autre, le supposé revers de la supposée démocratie. Et j’ai à peu près compris historiquement, socialement, politiquement. Acclimatation, accoutumance, j’ai pu me poser, regarder …» (Adel Tincelin).

retour en haut
04 . 07 . 2014

Silos 13, Ciments Calcia, Paris

VIB ARCHITECTURE

∏vib_silos_carrÇ2Entre bétonneuses et art contemporain, le fossé est moins large qu’il n ‘y paraît. Les deux volumes ovoïdes en béton des silos de distribution de ciment Calcia dessinés par Franck Vialet et Bettina Ballus, associés de vib architecture, frappent par leur densité et leur masse insolites. Leur visibilité depuis le périphérique et leur silhouette urbaine, entre ouvrage d’art et objet industriel, en font un objet totem qui sera bientôt magnifié
 par une mise en lumière de l’artiste Laurent Grasso.

retour en haut
23 . 03 . 2014

ANMA mag #1

MAGAZINE

ANMACOMPO2

Nul dogmatisme dans la démarche de l’Agence Nicolas Michelin et Associés, chaque projet est particulier, construit sur mesure pour un site et ses usagers. En 15 ans la production de l’agence s’est enrichie grâce à ses réalisations ; elle s’est métissée au contact d’acteurs engagés, d’élus volontaires, d’artistes et d’ingénieurs exigeants. Son travail s’inscrit dans le débat contemporain sur les modes de construire, l’économie solidaire, la gestion des ressources, la 3e révolution industrielle. Ses projets sont produits dans une dynamique de temps long, dans l’échange et la négociation. Ce premier magazine présente une sélection de projets, une diversité d’approches et autant de réponses. Nous espérons qu’il saura enrichir votre regard sur une agence en mouvement.

retour en haut
01 . 09 . 2014

Lobjoy-bouvier.com

Capture d'écran 2015-04-29 10.48.15

« Nous nous situons entre grand territoire et appropriation locale, entre contexte métropolitain et urbanité. Quelle que soit leur échelle, nos projets donnent du sens à leur lieu d’accueil. Du plus petit au plus grand, nous construisons la ville dans une vision humaniste, avec une attention à la diversité des pratiques et à l’intégration des possibles. Notre méthode de travail est fondée sur la remise en question des tropismes et des standards, les nôtres comme les vôtres : porter un regard neuf sur des questions récurrentes. Nos capacités d’écoute et de dialogue sont reconnues, notre implication dans les questions culturelles, sociétales, financières et règlementaires qui sous-tendent la ville, aussi. Elles nourrissent notre désir d’aller plus loin, avec vous, avec optimisme et sensibilité ». Le site internet de l’agence Lobjoy & Bouvier fait peau neuve. Nouveau ton, nouvelle démarche : il traduit un projet d’entreprise porté par une agence performante, fédératrice de talents, conscience de la responsabilité sociale de l’architecte.

retour en haut
07 . 01 . 2014

Le hangar, le cloître et le rideau de scène

PARC ARCHITECTES

PARC_BONDYL’environnement suburbain de Bondy est une collection de boîtes commerciales aveugles et décorées, introverties et monumentales. Situé dans un tissu de faible densité aux lignes peu définies, l’auditorium s’installe le long de l’avenue principale en reprenant la forme compacte et la texture métallique caractéristique du hangar. Le volume simple et le revêtement extérieur bon marché concentrent les efforts financiers à l’intérieur du projet : sur la salle en acoustique naturelle et sur les équipement techniques. Les ondulation de la tôle en façade forment comme un rideau sur scène. Contrairement aux hangars, l’auditorium est une boite extravertie, ouverte sur les côté par une série d’arches. Elles signalent les éléments du programme : entrée du public, bar, foyer, salle d’exposition et entrée des élèves. Dans un premier projet, Parc avait proposé d’intégrer l’entrée du collège dans l’auditorium. Le maire, reprochant à cet espace d’être difficile à surveiller, a souhaité le remplacer par une salle d’exposition. Tout en conservant l’opération plastique de découpage des arches, le bâtiment a été entièrement retourné symétriquement. Le projet à semblé être le même, alors qu’il a entièrement été redessiné.

retour en haut
06 . 03 . 2013

Plan de communication triennal Entrepot MacDonald

SEMAVIP

En 2012, sous-exposition et confusion sur l’objet du projet sont les deux entraves majeures du projet hors-norme de reconversion d’un bâtiment emblématique du patrimoine industriel des années 60 en un morceau de ville central, connecté, dense, mixte et durable. Pour les désamorcer, notre plan de communication propose une communication off- et online, renforcée à terme par une grande exposition dans un lieu majeur de diffusion de la culture architecturale et urbaine, liée à un colloque ainsi qu’à un catalogue. Ces préconisations permettent d’atteindre les principales cibles du projet que sont les prescripteurs d’opinion, le grand public et l’interne, cibles qu’il est urgent de toucher au regard des avancées d’un chantier colossal qui, après 5 ans d’études et de travaux, entre seulement dans sa phase visible. Ce plan de communication s’applique à trouver des opportunités de communication qui sont autant de fenêtres de tir dans un calendrier rendu complexe par l’échelonnement des livraisons successives et par la superposition d’un agenda politique bousculé par la tenue des élections municipales. Conçu sur la base d’entretiens réalisés avec les trois associés que sont Marie-Anne Belin, directrice générale de la Semavip, Patrick François, directeur régional Île-de-France de la Caisse des Dépôts et Consignations et Hervé Manet, directeur du pôle promotion chez Icade, mais aussi avec Camille Picard, directrice déléguée de ParisNordEST, Dominique Givois, directeur général adjoint de la Semavip et Vincent Héritier, chargé de mission à la Semavip, ce plan de communication tient compte des souhaits et impératifs des différents associés de la S.A.S ParisNordEST en les accordant aux grandes lignes des préconisations formulées. Il a été validé et appliqué.

retour en haut
22 . 04 . 2015

Portfolio & portfolio

AGNÈS & AGNÈS

Agnes 2

Agnès Chryssostalis & Agnès Guillemin sont lauréates du prix Jeune Femme Architecte 2014 décerné par l’ARVHA. Elles partagent le même prénom et la même formation, l’école d’architecture de Paris-la-Seine où ells se sont découvertes complémentaires, partageant une même sensibilité qui forge leur duo. Conception « de l’intérieur vers l’extérieur », utilisation par touches de la couleur, et appréhension de tout « objet » comme une petite architecture, elles créent rapidement une unité de design de mobilier au sein de l’agence. Un univers atypique décliné au sein de deux nouveaux portfolios, consacré l’un à leurs projets d’architecture, l’autre à leurs projets de design et d’intérieur.

retour en haut