01 . 10 . 2016

Recto verso

SOPHIE DELHAY

img_0002Il n’y a pas deux situations à habiter, le logement d’un côté, la ville de l’autre, mais une seule, continue. En architecture, faire en sorte que cette continuité puisse être assumée est un acte politique. Sophie Delhay  : « La fabrication du logement est stimulée par l’aspect pluriel du regroupement domestique – ce que nous appelions autrefois la famille : aujourd’hui il évolue, et le logement doit pouvoir rendre possible une multitude de réalités évolutives qui nous font sortir de la vision standardisée. Pour cela je cherche des dispositifs qui puissent créer des possibles. J’aime que les logements soient interprétables par les habitants, qu’ils déclenchent quelque chose qui s’appellerait l’appropriation, l’invention, la rencontre, le multiple pour soi et avec les autres. La fabrication du logement est aussi stimulée par l’ambition de construire plus dense. Comment faire pour que la densité devienne une valeur positive pour l’habitant ? Selon moi en faisant en sorte qu’elle produise des proximités, des partages, des rapprochements, de l’ « autre ». Je vois ces nouvelles conditions comme des leviers de projet. La petite échelle (celle de l’usage) et la grande échelle (celle du territoire) intimement liées forment les projets. C’est pourquoi la décision des partages, plutôt que des limites, fonde à mon sens les projets. »  Recto les projets, verso les thématiques et toujours des correspondances de l’un à l’autre : le nouveau portfolio de Sophie Delhay, conçu par A H A avec Hic et Nunc, est un outil sur mesure pour arpenter la transversalité du travail et de la pensée d’un architecte à part.